Regards de femmes: "Amal"
 

Regards de femmes est un projet porté par l'association Femmes et Cinéma. 

L'appel à films Regards de Femmes 2019 a proposé à des élèves de déconstruire les stéréotypes de genre, en adaptant librement des scénarios, écrits par des femmes suivies par l'association Parcours de Femmes, en court-métrage. L'écriture des scénarios supports aux courts métrages a été encadrée par la Quinzaine en Actions, partenaire du projet.

L'objectif de ce projet était d'interroger la place des femmes dans la société actuelle à travers le prisme des inégalités femmes/hommes, du sexisme, des discriminations, de la reproduction consciente ou inconsciente de stéréotypes.

Des élèves et professeur.e.s des lycées rattachés aux Académies de Nice, Aix-Marseille, Créteil et Versailles ont été accompagnés par des intervenants. Cinq projets ont été sélectionnés sur dossier et scénario pour être réalisés parmi lesquels celui que j'ai accompagné auprès du Lycée Victor Hugo: "Amal".

 

 

Amal

2019, 6 mn 45

 

 

Nous avons choisi de réadaptater le scénario de Fatma Ben Rzig, « Prisonnière d’un contrat », qui parle des violences conjugales à travers le personnage d’Amal. Nous avons reconstitué dans notre film le parcours de Amal depuis son arrivée en France mariée contre son gré par ses parents jusqu’à sa libération.

Diffusé le 2 Juillet 2021 sur France Télévision dans l'émission Libre-court.

 

Capture d’écran 2021-10-29 à 12.11.46.png
Capture d’écran 2021-10-29 à 12.09.24.png

Nous avons commencé à écrire les voix de ces différents personnages, leurs pensées et leurs histoires. Nous avons décidé que dans notre scénario, Amal serait notre personnage principal, mais que nous donnerions aussi à entendre les voix des autres personnages puisqu’ils influencent sa vie. Nous avons décidé d'alterner des séquences sur le banc montrant l’évolution de la situation d’Amal au fil du temps avec des séquences montrant le point de vue des autres protagonistes: les parents, les enfants, le mari, l’assistante sociale, le voisin, l’avocate. Notre attention s'est porté sur les mains des personnages parceque nous filmerons les mains, parceque c’est par les mains que passent la violence du mari, le langage et les émotions des enfants aussi, et c’est par ses mains que Amal signera sa liberté (et son divorce).

L'atelier a commencé en 2019 avec une classe de première, il a été interrompu et repris après le confinement avec une classe de seconde. Un dispositif simple nous a permis de résoudre au mieux les contraintes de temps

 

L'atelier d'écriture a duré 4h et l'atelier de réalisation, 16h, le tournage commencé avec une classe de Première a été recommencé avec une classe de secondes.